SOS Enfant Précoce

  • 0

SOS Enfant Précoce

« EIP », encore un terme aux consonances barbares. Enfant Intellectuellement Précoce. Un titre qui veut à la fois tout dire et ne rien dire. Beaucoup d’écrits sur le sujet, mais encore beaucoup de contradictions et d’incompréhension.

Je ne suis pas pédopsychiatre, psychologue, ou tout autre spécialiste en la matière. Cet article n’a donc pas pour objet un développement technique ou scientifique. Les vrais spécialistes de la question souriront peut-être à la lecture de ce texte, le trouvant certainement un brin « simpliste et naïf ». Mais je souhaite-là exprimer un ressenti en tant que simple mère de famille, voisine, cousine, enseignante, en tant que personne sans « compétence » particulière dans ce domaine mais qui peut se trouver un jour en situation d’incompréhension face à cet enfant ; et aussi parce que je trouve que l’on se heurte encore trop souvent à des oreilles fermées et des idées préconçues trop fortement ancrées chez certains adultes, avec lesquels nous sommes pourtant parfois contraints d’aborder le sujet.

La plupart d’entre nous en a déjà croisé, mais sans s’en rendre compte. Il faut y être confronté de près… et le savoir, pour revoir tous nos préjugés. Beaucoup de ces enfants vont heureusement très bien, mais certains ont besoin d’aide, subissent un mal-être handicapant, et nous l’ignorons trop souvent. Des enfants souvent mal jugés, selon des idées reçues parce que sans réelle connaissance du fait.

On a si vite fait de mettre en parallèle Enfant précoce avec « Enfant surdoué ayant des résultats scolaires époustouflants ! »
Parlez d’enfant précoce dans votre entourage, ou à l’école, et vous recevrez la plupart du temps des sourires en coin, et cet amalgame vite fait avec l’enfant surdoué et limite insolent ou capricieux, avec des parents que l’on considère vite comme bien prétentieux,  et avec l’éternelle question relative aux résultats scolaires : « mais c’est impossible, regardez ces résultats peu étincelants ! »
Et bien oui, justement… contrairement aux idées reçues la grande majorité des enfants dits « précoces » n’a pas de bons résultats scolaires ! Et pour les parents, avoir un enfant précoce n’est pas forcément un cadeau ni une chose facile à vivre ou une fierté à exposer. Les quelques mamans qui m’en ont parlé m’ont au contraire expliqué leur désarroi et leur angoisse concernant l’avenir de leur enfant. Les difficiles années pour accompagner cet enfant qui demande une constante disponibilité pour le rassurer et calmer son hyper anxiété  et son extrême nervosité ; le tout dans une ambiance de conflits et de provocations constants générés par l’enfant. Est-ce dû à sa recherche de « rassurance » et de réaction d’intérêt vis à vis de lui ?

Une mémoire souvent époustouflante, certains connaissent l’alphabet avant même d’entrer en maternelle, et peuvent compter sans souci, mais sans le montrer forcément, laissant même penser qu’ils ne savent pas. Peur de l’erreur, plutôt ne rien faire que risquer l’échec, et aussi par ignorance et incapacité à utiliser leur potentiel réel. Une incapacité souvent due à l’écart entre leur âge qui n’est pas en accord avec leur potentiel intellectuel. Et à côté de cela un comportement souvent bébé, très loin également de l’idée que l’on pourrait se faire de l’enfant intellectuellement précoce. Comme si l’enfant avait peur de grandir. Que se passe-t-il vraiment dans sa tête ? Un grand conflit qui chez certains peut provoquer un mal-être qui peut être croissant avec l’âge si on le néglige et l’ignore comme c’est malheureusement souvent le cas, au lieu de l’accompagner, le rassurer sans discontinuer, et tenter de le guider. Un accompagnement angoissant, et moralement pas toujours facile à vivre au quotidien.

Les spécialistes professionnels dans le domaine me jetteront-ils la pierre si je compare le comportement de certains de ces enfants à une certaine forme d’autisme ? Avec, entre autres chez certains, ce côté difficulté de communication avec autrui et cette tendance à l’isolement ?

Pour faire un camembert statistique très grossier, l’une des mamans que je côtoie m’avait expliqué que sur le nombre de ces enfants, environ 1/3 fera des études à la hauteur de leurs compétences, quand environ un autre 1/3 s’en sortira bon an mal an, et quand enfin le dernier 1/3 sera en échec scolaire total. Combien sommes-nous à avoir réellement conscience de cela ? Même dans le milieu enseignant ?

Ses terreurs nocturnes sont impressionnantes et usantes autant pour lui que pour ses parents.
L’école ? Ce n’est pas intéressant pour les copains, qu’il a d’ailleurs très peu, mais cela peut lui permettre de satisfaire sa grande curiosité ; C’est une éponge qui enregistre tout même lorsqu’il montre le contraire, ou qu’il passe aux yeux de l’enseignant pour « juste bon » voire médiocre ou carrément pire.
Hyper sensible et émotif, tendance à l’empathie, et une profonde souffrance face à l’injustice.
Aime l’isolement, et communique peu avec les enfants de son âge.
Il aime réinventer les règles de jeu à sa manière, peut se montrer maniaque et avoir un humour très déroutant.
Certaines choses sont si évidentes pour lui qu’il ne se fie souvent qu’à sa connaissance instinctive, et ne sait pas travailler dans la durée pour obtenir un résultat.

Ce sont juste ici quelques caractéristiques qui m’ont marquée, mais là encore je suis certainement encore loin du compte.
Et vous me direz que ces critères sont généralement ceux de beaucoup d’enfants que l’on ne considère pas pour autant comme précoces ! Oui, c’est vrai, mais le fait est que l’enfant intellectuellement précoce cumule une bonne partie de ces caractéristiques.

Cet enfant qui nous bombarde de questions, parfois étranges, pas toujours en rapport avec son âge, et qui nous dérangent, voire… nous « saoulent » !

« Qu’il est insolent » ! Il a réponses à beaucoup de choses, des réactions qui nous irritent, mais bien souvent parce que non raisonnées avec une maturité nécessaire qu’il n’a pas encore.

Et quelle attitude adopter, et quelle réponse apporter à un enfant de 4 ans qui vous questionne un peu trop précisément sur la mort, et réalise déjà que ses proches qu’il aime peuvent aussi partir un jour ? Habituellement un enfant fait ce rapport un peu plus tard, mais à 4 ans comment tenir ce type de raisonnement tout en l’assumant et en le digérant sur le plan émotionnel ?

Quand un enfant de 8 ans parle un jour de suicide à son frère ou à sa sœur, que se passe-t-il donc dans sa tête ?

Quand un adolescent passe son bac à 16 ans, et veut ensuite se présenter en médecine… et que sa maman angoisse parce qu’intellectuellement parlant il le peut effectivement, mais qu’elle sait déjà l’échec à venir parce qu’il ne sait pas exploiter ses compétences, le tout associé à un degré de nervosité et d’anxiété beaucoup trop élevé à gérer. Quand cette maman ne sait pas quel avenir peut être envisagé pour son fils, qui pourtant – et là est tout le paradoxe – est brillant !

Un « EIP » n’est pas seulement un QI plus élevé que la moyenne, il est tant d’autres choses qui nous dépassent, et qui méritent que l’on soit un peu plus à son écoute au lieu de le juger et se comporter avec lui un peu trop rapidement.
J’ai croisé, en 2012, une directrice d’école qui se documentait et voulait sensibiliser son équipe pédagogique sur ces enfants. Merci Madame !

Il y aurait tant à écrire sur ce sujet, et que je n’ai fait qu’effleurer. Mais en conclusion, ne négligeons pas et ne sous-estimons pas la précocité intellectuelle chez un enfant. Nous avons trop l’habitude de ne regarder que ces « petits génies qui réussissent tout ». Mais n’oublions pas ceux qui s’effondrent au contraire, pris, entre autres choses, dans le conflit de leur avance intellectuelle et de leur maturité émotionnelle qui ne concordent pas ; ainsi que ceux qui souffrent parce que nous ne les regardons pas comme tels et que nous ne leur apportons pas l’accompagnement qui peut-être les aiderait, les soulagerait un peu, et les guiderait un tout petit peu plus sereinement vers l’âge adulte.

Ci-dessous, quelques tableaux très clairs découverts et empruntés sur le site du FCPE de Houilles 78 :

Laurence Moreau

 

Share Button

About Author

Laurence Moreau

Télésecrétaire indépendante chez MBL Bureautique. Une assistance à distance en secrétariat bureautique pour les professionnels comme les particuliers.

Leave a Reply

Archive mensuelle

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 2 autres abonnés

Du lundi au vendredi de 9H à 18H